Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 13:46

Mardi 15 Février 2011

AMIENS Grève à la CAF de la Somme

Le syndicat majoritaire à la Caisse d’allocations familiales de la Somme, Force Ouvrière, lance un appel à la grève pour ce mardi matin, entre 10 h 55 et 11 h 45. Aussi bien sur le site d’Amiens qu’à Abbeville et à Ham.

Les revendications concernent les conditions de travail devenues « insupportables et stressantes » en raison de la surcharge de travail et de l’augmentation de la précarité en France.

La direction de la CAF ne minimise pas cette situation, mais précise que 12 agents ont été embauchés l’an passé.

 

Source Le courrier picard.fr

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 13:41

Dimanche 13 Février 2011, mis à jour à 12h15

AMIENS Ça balance "effectivement" à la mairie
Cédric Maisse au conseil municipal

Cédric Maisse au conseil municipal

Cédric Maisse, conseiller municipal communiste, délégué à Amiens métropole, tient un blog politique et n'est généralement pas tendre avec la majorité municipale.

Ce dimanche, l'élu s'est fendu d'un nouveau billet où il attaque le maire, Gilles Demailly (PS), sur un tic de langage. Le premier magistrat use et abuse de l'adverbe "effectivement".

Cédric Maisse pointe également du doigt, dans une vidéo postée sur Dailymotion, la contagion du dit-mot parmi les autres élus, de tout bord.

Amusant également de voir les mots clefs choisis par Cédric Maisse pour accompagner le montage posté sur le site de partage vidéo :

  • effectivement
  • gilles
  • demailly
  • conseil
  • amiens
  • langage
  • tic
  • conseiller
  • municipal
  • maisse
  • cédric
  • ennui
  • long
  • interminable
  • psittacisme
  • débat
  • discours
  • improvisation
  • mauvais
  • répétition
  • record
  • performance
  • inutile
  • insensé
  • général
  • tout
  • monde

C'est ce qu'on appelle ne pas mâcher ses mots clefs !

Santiago RICHARD

Source http://www.courrier-picard.fr/courrier/Picardie-Express/Ca-balance-effectivement-a-la-mairie

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 15:22

Coupures-de-journaux-11-02-2011-035.jpg

Source Le Courrier Picard

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 15:07

Coupures-de-journaux-11-02-2011-023.jpg

Source Le Courrier Picard

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:59

Coupures-de-journaux-11-02-2011-024.jpg

Source Le Courrier Picard

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:57

Coupures-de-journaux-11-02-2011-014.jpg

Source Le Courrier Picard

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:03

 

Coupures-de-journaux-11-02-2011-017.jpgCoupures-de-journaux-11-02-2011-018.jpg

Source Le Courrier Picard

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 13:54

  Coupures-de-journaux-11-02-2011-010.jpg

Coupures-de-journaux-11-02-2011-001.jpg

 

Coupures-de-journaux-11-02-2011-006.jpg

Source Le Courrier Picard

Partager cet article
Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:54

Mardi 01 Février 2011

POLITIQUE Le Département réclame 103 millions d'euros de compensation à l'État
Conseil général de la Somme : Christian Manable, président, et Francis Lec (photo FRED HASLIN)

Conseil général de la Somme : Christian Manable, président, et Francis Lec (photo FRED HASLIN)

publicité

Le conseil général engage un bras de fer avec l'État, accusé de l'étrangler financièrement. Il lui réclame un important arriéré sur les allocations.

Le département de la Somme réclame 103 millions d'euros à l'État. La somme, rondelette, porte sur la compensation des allocations individuelles (APA, PCH, RSA), qui relèvent selon le Département de la solidarité nationale, et qui coûtent aujourd'hui une fortune au département.

«Il s'agit d'obtenir la juste compensation pour des compétences qui ont été transférées au département, mais pour lesquelles les dotations promises par l'État sont insuffisantes », rappelle Francis Lec, le vice-président (PS) en charge des finances au conseil général. Un grand argentier qui a fait ses comptes : pour la période 2002-2008 il manque 36,33 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 26,93 millions d'euros pour la seule année 2009, et 39,32 millions d'euros pour l'exercice 2010.

L'addition établie, reste le plus dur : obtenir d'un État en quasi faillite, qu'il règle sa dette. Pour y parvenir, c'est une procédure très particulière qui a été choisie par le Département. Comme d'autres collectivités qui se trouvent dans la même situation, la Somme a opté pour le recours à la question prioritaire de constitutionnalité.

Un arrangement à l'amiable ?

Déposée le 5 janvier auprès du tribunal administratif d'Amiens, la procédure s'appuie sur un article de la Constitution qui stipule que tout transfert de compétences entre l'État et les collectivités locales s'accompagne de l'attribution de ressources équivalentes à celles qui étaient consacrées à l'exercice.

«Ce n'est plus le cas, rappelle Christian Manable, président du conseil général. Lors de sa création, l'APA était financée moitié-moitié par l'État et le Département. Aujourd'hui ce dernier prend en charge 70% de la dépense... »

Le tribunal administratif d'Amiens a transmis le 6 janvier la question prioritaire de constitutionnalité aux services du Premier ministre en leur donnant un délai de quinze jours pour répondre. Matignon ayant demandé un délai, on peut s'attendre à ce que la juridiction administrative se prononce par ordonnance sur la recevabilité de la requête, dans la première quinzaine de février.

Partant de là, deux hypothèses : si l'ordonnance est favorable à la requête, le conseil d'État disposera de trois mois pour dire s'il saisit le conseil constitutionnel, lequel disposera à son tour d'un délai de trois mois pour se prononcer. Seconde hypothèse : l'État se sentant coincé - la Somme n'est pas la seule à avoir engagé cette procédure - propose aux départements un arrangement à l'amiable.

Difficile de savoir sur quel montant la Somme accepterait de transiger. Du côté de l'Hôtel des Feuillants, beaucoup pensent qu'il vaut mieux tenir que courir. Surtout en ces temps de vaches maigres.

PHILIPPE FLUCKIGER

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 13:58

source http://fr.evenements.yahoo.com/vous-le-saviez/23969360/Combien gagnent nos politiques?

Partager cet article
Repost0