Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 11:55

Mardi 26 Avril 2011

DÉPORTATION L'hommage aux «triangles roses»
Seules deux personnalités ont assisté à l'hommage, organisé en marge <br />de la commémoration officielle de la Journée de la déportation.

Seules deux personnalités ont assisté à l'hommage, organisé en marge
de la commémoration officielle de la Journée de la déportation.

C'était une première. Une gerbe a été déposée dimanche en hommage aux homosexuels morts en déportation, ceux qui devaient porter le triangle rose.

Dimanche 24 avril. Comme chaque année à cette date, de nombreux rassemblements ont lieu en France pour célébrer la Journée nationale du souvenir des héros et des victimes de la déportation. À Amiens, une cérémonie exceptionnelle s'est déroulée place René Goblet : pour la première fois dans la capitale picarde, une gerbe a été déposée pour honorer les déportés homosexuels, ceux qui devaient porter le triangle rose. Mais ce geste a eu lieu après les cérémonies officielles marquant la Journée de la déportation. Car le sujet reste sensible.

Convaincre la préfecture n'a pas été une mince affaire

«Pour une question de protocole, le préfet ne peut pas participer à cette démarche », explique Sébastien Rins, de l'association No Différences, à l'origine de cet hommage. Une démarche qui signifie beaucoup pour les membres de l'association. Très émus, ils ont sagement attendu que les officiels quittent les lieux pour s'avancer à leur tour vers la flamme.

Convaincre la préfecture n'a pas été une mince affaire. «Il a fallu expliquer notre démarche, poursuit Sébastien Rins. Ils craignaient que l'on demande à faire un discours, qu'il y ait des débordements, que l'on exhibe des triangles roses et que l'on scande des slogans. Mais ce n'est absolument pas notre manière de faire. On se bat pacifiquement. Le m'as-tu-vu, ce n'est pas notre truc. Malgré cela, la préfecture n'était pas vraiment pour mais comme d'autres officiels n'avaient rien contre, ils nous ont donné l'autorisation. »

Deux personnalités locales ont accompagné et soutenu les membres de No Différences : Maxime Gremetz (apparenté communiste), député de la Somme, et Gilles Demailly, maire socialiste d'Amiens, pour qui «il est très important d'honorer la mémoire de tous les déportés ».

Pour Sébastien Rins, ce geste était doublement important. «En raison de mes origines juives et pour tous ceux qui ont été déportés à cause de leur homosexualité ainsi que ceux dénoncés comme tels. Ceux que l'on a stigmatisés comme étant la lie de la société. »

Dimanche, le cœur de Sébastien Rins battait la chamade. «Nous sommes enfin comme tout le monde et ce qui a été fait est tout simplement juste. »

De notre correspondante

GAËLLE MARTIN  source le courrier picard.fr

www.no-differences.org

Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 08:41

worldwide-campaign-against-aids-made-from-paper-tulips-as-t.jpg

Technicien d'analyses médicales au sein du laboratoire de Virologie au CHU d'Amiens, quotidiennement je fais   le dépistage du VIH . Il me semblait logique de vous informer sur le sidaction.

 

Le Sidaction 2011 démarre ce vendredi. Les dons de l'an dernier avait été en recul par rapport aux années précédentes.

 

"Face au sida, chaque euro en plus peut faire la différence!": avec un slogan tout neuf, le Sidaction 2011 démarre vendredi, pour trois jours à la télévision et à la radio, avec le relais de 18 médias afin de mobiliser les jeunes générations.  

Avec des dons en léger recul l'an dernier (5,6 millions d'euros), Sidaction est plus que jamais déterminé. Ces dons sont destinés à la recherche contre le virus du Sida.  

TF1 et LCI, les chaînes de France Télévisions, celles des groupes Canal+ et M6, mais aussi TMC et MTV, trois stations du groupe Radio France (France Info, France Inter, France Bleu) et les radios privées Europe 1 et RTL mobiliseront leurs antennes tout le week-end pour relayer les appels aux dons. 

Alors que la découverte d'un vaccin relève toujours du voeu pieux, 7000 personnes découvrent chaque année, rien qu'en France, leur séropositivité. On estime à 150 000 le nombre de personnes en France porteuses du VIH, dont 50 000 sans le savoir. 

A la veille du Sidaction 2011, Pierre Bergé, vice-président de l'association, estime que "de plus en plus, chaque don compte". 

"La lutte contre le Sida doit être une priorité absolue alors qu'il y a moins d'argent public dans une logique financière dramatique", ajoute M. Bergé, rappelant que les comptes du Sidaction qui aide la recherche, la prévention et l'aide aux malades, ont été validés par la Cour des Comptes et l'Inspection générale des affaires sociales. 

Pour le Pr Yves Lévy, responsable du conseil scientifique de Sidaction, "les ressources actuelles sont insuffisantes pour permettre à la recherche de casser l'épidémie". Une épidémie qui se complexifie avec l'apparition de nouvelles maladies opportunistes liées au vieillissement des malades. 

30 ans de recherche

Il y a 30 ans, pendant l'été 1981, les autorités médicales américaines actaient officiellement l'observation d'une mystérieuse pneumonie et d'un cancer rare de la peau surnommé "cancer gay". Deux ans plus tard, le professeur Luc Montagnier et la chercheuse en virologie Françoise Barré-Sinoussi, découvraient le virus responsable du Sida qui a déjà tué 25 millions de personnes au niveau mondial. 

France 2 diffusera samedi soir 2 avril, dès 20H35, une émission spéciale avec la participation de nombreux artistes autour de Line Renaud, vice-présidente et co-fondatrice de Sidaction, pour commémorer 30 ans de recherche internationale contre le VIH. Lara Fabian, Arielle Dombasle, Roberto Alagna, le violoniste Renaud Capuçon, Les Prêtres, Patrick Fiori, Nolwenn Leroy et Adamo participeront notamment à cette soirée qui associera variétés et airs d'opéra. 

Jusqu'au 11 avril, les promesses de dons sont possibles en composant le 110 ou directement sur le site du Sidaction (www.sidaction.org ). L'envoi d'un SMS au 33000 avec le message "don", permet aussi d'aider le Sidaction. 

Sur le terrain, 4.000 bénévoles seront mobilisés pour réceptionner les promesses de dons sur 28 plateaux téléphoniques, tandis que 300 animations sont prévues tout au long du week-end dans les régions. 

A Paris, 50 artistes et disc-jockeys, dont Bob Sinclar, Patrick Vidal et Jérôme Pacman, participeront à un gala de solidarité dès jeudi à la Machine du Moulin rouge au profit du Sidaction, à l'initiative de Technopol, organisateur de la Techno-parade .

 

La discrimination en entreprise
Malgré le travail de sensibilisation des associations, les personnes atteintes du VIH sont encore discriminées dans le monde professionnel. Alors que le taux d'emploi de la population générale est de 65%, celui des personnes vivant avec le VIH est de 59% (pour celles diagnostiquée après 1994) et de 48% (avant 1994). De nombreuses mesures ont pourtant été prises pour permettre le maintien à leur poste des personnes touchées par le virus. La loi sur le handicap permet notamment aux personnes atteintes de maladies chroniques dont le VIH fait partie de se faire reconnaître travailleur handicapé. Ils peuvent ainsi obtenir des aménagements.  

Source http://www.lexpress.fr



Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 23:58

3028326392-francois-hollande-sur-la-route-de-la-presidentie.jpg

POLITIQUE - L'ex-premier secrétaire du PS s’est déclaré officiellement ce jeudi à Tulle...

De notre envoyée spéciale à Tulle

La Corrèze, une terre de président de la République? «La preuve en sera peut-être donnée, qui le sait», répond, en connaisseuse, Bernadette Chirac. Elle vient d’adouber, en tant que doyenne de l’Assemblée, François Hollande à la présidence du Conseil général. Et déjà, le socialiste a filé. Pour travailler son discours. Le discours. Celui de sa candidature, qu’il peaufine depuis le matin. Stressé? «A peine», a-t-il répondu, entouré d’une nuée de journalistes. 

«Qu’on ne me fasse pas la leçon»

Serein, il prend le temps de recevoir quelques journalistes dans son bureau. Sa candidature? «Une évidence». Une  pression particulière avant le moment fatidique? «Aucune». Et les pressions des proches de DSK qui lui demandent de se retirer? «Je le prends comme un hommage», plaisante-t-il. Bientôt quatrième candidat aux primaires socialistes, et plutôt dans le trio de tête pour les sondages, il se voit un atout: sa liberté, avec laquelle il balaie les critiques sur le timing choisi pour se déclarer. «Je n’ai pas de contrainte, je ne suis pas au FMI. Je ne suis pas premier secrétaire». Alors pourquoi patienterait-il encore? «Je ne fais pas la leçon aux autres, je demande à ce qu’on ne me la fasse pas», prévient-il. «Si je n’avais pas la conviction que je peux gagner les primaires, je n’y serai pas».     

C’est pourtant le sourire un peu crispé qu’il se présente, à 14h15, devant les militants et les élus de Corrèze, réunis à l’hôtel départemental, dans la salle prestige. Des acclamations l’accueillent. Il se range derrière son pupitre, jette un oeil sur son discours et se lance dans un hommage à la Corrèze et aux Corréziens. «Comment pouvais-je prétendre à la plus haute responsabilité du pays si je n’avais pas la confiance de ceux qui me connaissent», demande-t-il. «Alors désormais, c’est de la France dont il s’agit.» Une France où «les divisions» sont «sciemment entretenues», où règnent «l’injustice» et «la souffrance».

«Mettre la France en avant»

 

Cette France, «le moment est venu de la mettre en avant», martèle-t-il, en faisant «le pari de la jeunesse», «le choix de la justice sociale et fiscale» et en voulant «réconcilier, rassembler autour des principes républicains». «C’est la raison pour laquelle, ici à Tulle mes amis, j’ai décidé de présenter ma candidature à la présidentielle à travers la primaire». La phrase est lâchée. Pas le temps d’embrayer, la claque part dans la salle, des «François président» fusent. Il sourit. La pression retombe. Le nouveau candidat à la primaire peur reprendre: il faut être «capable de donner à la France la fierté qu’elle mérite et aux Français la confiance qu’ils attendent», conclut-il sous les vivats d’une salle chauffée à blanc.

François Hollande apprécie son moment. Au centre de la salle, il salue «ses amis» de la main, fait la bise à un militant, à un élu. Puis s’éclipse en voiture, direction Paris, pour le 20 heures de France 2. Quinze minutes, en tout, pour la déclaration de sa vie. C’est qu’après les Corréziens, c’est aux Français qu’il veut montrer ses nouveaux habits de candidats.

Maud Pierron, envoyée spéciale à Tulle
Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 13:10

Samedi 19 mars

Une journée d’action est prévue pour l’avenir de nos enfants
.
Les 25 organisations du Collectif "Un pays, une école, notre avenir" appellent à une journée nationale d’action déclinée dans chaque académie.
Pour rappel le gouvernement prévoit de supprimer 347 postes d'enseignants en Picardie à la rentrée 2011.

Le Départ de la manifestation est prévue de l'Hôtel de ville d’Amiens à 15h00
Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 19:08

Mercredi 16 Mars 2011

ANCIENS COMBATTANTS Le Mémorial de Péronne sortira bientôt de terre
Le Mémorial aux anciens combattants en Afrique du Nord pourrait être construit dans l'année.

Le Mémorial aux anciens combattants en Afrique du Nord pourrait être construit dans l'année.

Objet de débat, le Mémorial aux anciens combattants en Afrique du Nord pourrait être construit dans l'année, son budget étant presque bouclé.

L'histoire de la guerre d'Algérie continue de faire débat, près de cinquante ans après le cessez-le-feu de1962. À quelques jours de sa commémoration, ce samedi, c'est le Mémorial départemental dédié à ses morts (et à ceux d'Afrique du Nord de manière générale) qui enflamme les échanges entre anciens combattants (lire ci-contre).

Le monument, qui sera situé près du lycée Mendès-France de Péronne, n'a pourtant jamais été aussi proche de se construire. «Nous avons une réunion en mairie la semaine prochaine avec tous les acteurs du projet, précise Maurice Grosjean, vice-président de l'Union départementale des anciens combattants (UDAC) et coordinateur de la commission du Mémorial. Nous espérons que ce sera la dernière réunion avant d'appeler les prochaines des "réunions de chantier".»

Le coordinateur ne se risque pas encore à annoncer une date, même si pour lui, octobre constituerait un mois idéal pour l'inauguration. Mais il reste encore à boucler le budget. «Le projet se monte à 95000euros, dont 10000euros réservés aux frais autour du monument, comme les brochures ou les dépliants. C'est presque bon en ce qui concerne le Mémorial en tant que tel.»

Maurice Grosjean table maintenant sur la générosité des anciens combattants et des particuliers, qui peuvent notamment donner en achetant l'ouvrage Défense d'oublier. Près de 30% du coût du projet a été supporté par les anciens combattants du département.

Parmi les autres donateurs, on retrouve le conseil général, la mairie de Péronne (qui offre l'emplacement et une aide technique), ainsi qu'une centaine de communes du département. «Sur plus de 700communes, c'est peu», juge le coordinateur.

Une fois les travaux débutés, la marbrerie Bobeuf, en charge des travaux, aura environ trois mois pour construire le monument, sur lequel figureront les 234 noms des soldats de la Somme tués en Afrique du Nord.

Le suspense est bien sûr gardé pour le moment quant à la date de l'inauguration, qui dépendra bien sûr de l'avancée des travaux.

Mais une chose est déjà sûre: ce ne sera ni le 19mars, ni le 5 décembre, les deux dates constituant un sujet de discorde tenace entre anciens combattants pour la commémoration de la fin de la guerre d'Algérie. Voilà au moins une décision qui ne devrait froisser personne.

BENJAMIN MERIEAU

Le courrier picard.fr

Partager cet article
Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 20:26
SOCIAL Deux manifestations prévues à Amiens

La CGT appelle à manifester le jeudi 17 mars pour les retraites et le pouvoir d'achat. Le rendez-vous est fixé à 14h30 devant la bourse du travail à Amiens.

Un mouvement est prévu le samedi 19 mars pour l'éducation, organisé par la FSU, la CFDT et la CGT. La manifestation est prévue à 14h30 devant l'Hôtel-de-Ville d'Amiens.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 10:08

 

 

3,50 euros la place à toutes les séances

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 10:06

 

 

le vendredi 11 mars à 20h , à la Salle des Fêtes de POIX de Picardie.

 

Un défilé « Mode sans complexe » avec des créateurs et créatrices de mode du département ; des tenues présentées par des mannequins amateurs locaux, de toutes tailles, de tous âges, de toutes origines, et en situation de handicap.

Un défilé de mode atypique pour lutter contre l’image normative de la beauté féminine, pour dénoncer la dictature de la minceur et de l’image que la publicité et les médias veulent donner de la femme.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 09:39

article_photo_1213249700691-2-0.jpg

CONSOMMATION - En cause: la flambée du prix des matières premières...

Café, huile, pâtes... comme en 2008, le prix de produits alimentaires de base va repartir à la hausse prochainement, en raison d'une nouvelle flambée des matières premières agricoles. Cette hausse touchera au portefeuille les Français, qui consacrent 13,6% de leur budget à l'alimentation, selon des chiffres 2009 de l'Insee.

Les produits de base les plus touchés

"Cela ressemble à une répétition du scénario de 2007-2008, les flambées des céréales et notamment du blé, sont du même ordre de grandeur", relève Charles Pernin, spécialiste de l'alimentation à l'association de consommateurs CLCV.

Dans les rayons, ces hausses "devraient se sentir dans les semaines qui viennent", et "les produits les plus basiques", augmenteront davantage que les produits élaborés, qui comportent moins de matière première.

Les incendies et la sécheresse en Russie, qui a arrêté ses exportations de céréales, ou encore les inondations en Australie, ont réduit l'offre, tandis que la demande augmente avec des populations asiatiques qui imitent de plus en plus les habitudes alimentaires occidentales, explique Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à UFC-Que Choisir. "Il suffit de quelques pourcentages de production en plus ou en moins pour déséquilibrer le marché mondial".

Flambée du blé et de la viande

De plus, ces matières premières font l'objet de spéculation sur leur prix futur. D'où une flambée du blé, qui rentre dans la composition du pain, des pâtes et des biscuits, mais aussi un bond des prix du maïs et de l'orge, utilisés pour nourrir le bétail, ce qui renchérit les coûts de production des éleveurs et par ricochet la viande.

En février, les prix alimentaires mondiaux ont atteint un nouveau record historique, pour le huitième mois d'affilée, selon l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

La crise libyenne, qui fait grimper le pétrole, aggrave la situation, car des matières premières comme le maïs et le sucre entrent dans la composition de biocarburants.

Jusqu'à 28% de hausse dans les hypers français

En France, la remontée des prix jusqu'au consommateur se fait en plusieurs temps. Cette semaine a marqué la fin des négociations entre les sept groupes de grande distribution et leurs fournisseurs pour fixer les tarifs annuels des produits de grande consommation (y compris entretien, hygiène, beauté...).

Reste encore aux distributeurs à compiler les milliers de contrats signés, puis à déterminer leur politique tarifaire, sachant que toute la hausse consentie aux industriels (+2-3% en moyenne) ne sera pas nécessairement répercutée. Les prix dépendent aussi des coûts d'exploitation des magasins et de la concurrence locale.

Michel-Edouard Leclerc, patron des centres du même nom, annonce une hausse des prix alimentaires de 3 à 3,5% en moyenne jusqu'en juin. Ce sera davantage pour les huiles (4 à 6%), les farines (15 à 28% selon les marques) et le café (15 à 22%).

Les hausses de prix devraient se concrétiser plus vite pour les produits frais que pour les conserves, qui se stockent.

"Il faut essayer de faire jouer la concurrence, être plus vigilant sur les étiquettes", conseille M. Pernin aux consommateurs.

Il existe "des produits parfois très comparables" avec des prix très différents entre une marque de distributeur et une marque nationale. "Cela peut être l'occasion de réfléchir globalement sur son budget alimentation", indique-t-il.

Comme en 2008, les Français pourraient à nouveau privilégier le "fait maison" à des produits prêts-à-consommer, prévoit-il.

En 2008, les prix alimentaires (hors boissons) avaient grimpé de 5,2% en moyenne annuelle, dont +9,7% pour les produits laitiers, +9,6% pour les huiles et les graisses, +6% pour le pain et céréales (y compris biscottes, viennoiseries, farines, pâtes...), rappelle Jean-Louis Lhéritier, chef du département des prix à la consommation à l'Insee.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 09:26

 

                                                                                   Paris, le 2 février 2011

 Le 19 mars, journée nationale d’action déclinée dans chaque académie


           Rassemblé (e) s pour l’éducation le samedi 19 mars 2011 !

 

L’éducation n’est plus une ambition pour ce gouvernement. Il aura supprimé 50 000 postes 
dans   le   service   public   d’éducation   en   cinq   années,   mettant   en   difficulté   écoles   et 
établissements, dégradant de façon systématique les conditions d’accueil, de formation et de 
qualification des élèves, détériorant les conditions de travail de l’ensemble des personnels.

 
La Révision générale des politiques publiques (RGPP)  aura déstabilisé les personnels et 
affaibli les capacités de nombreux services comme celui de la Jeunesse et des Sports. Les 
universités sont confrontées à des difficultés budgétaires et des promesses non tenues.

Le service public d’éducation, cible de la chasse budgétaire, est tiré vers le bas.

 

A la rentrée 2011, ce seront 16 000 postes supplémentaires qui seront supprimés, malgré 
l’augmentation des effectifs d’élèves. Les conséquences auront des effets immédiats sur la 
taille des classes dans les écoles, les collèges et les lycées, la scolarisation des enfants de deux 
et   trois   ans,   les   élèves   en   difficulté,   le   fonctionnement   des   services   et   l’offre 
d’enseignement… Le gouvernement fait le choix de la régression. Il a fait aussi ce choix en 
supprimant   la   formation   initiale   des   enseignants,   entraînant   ainsi   démissions   et 
effondrement du recrutement. Dans le même temps, la majorité parlementaire a décidé de 
favoriser l’enseignement privé au détriment du service public.

 

Le gouvernement ne prépare pas l’avenir. Ses choix dessinent une Ecole où les inégalités 
seront renforcées, une Ecole plus dure pour les moins favorisés, une Ecole où la concurrence 
entre   établissements,   par   l’abandon   de   la   sectorisation,   sera   la   règle.   Les   enquêtes 
internationales, comme PISA, confirment que les inégalités se creusent. Le gouvernement ne 
répond qu’avec des effets d’annonce.

 

La mobilisation citoyenne doit permettre d’inverser ces choix. Les organisations, rassemblées 
dans le collectif « L’Education est notre avenir », appellent tous ceux et toutes celles qui 
soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des 
jeunes, sans distinction de fortune ni d’origine, à une journée nationale d’action déclinée  
dans chaque académie le samedi 19 mars. 

                                    www.uneecole-votreavenir.org

Partager cet article
Repost0