Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 21:25

Cure de jouvence au Mémorial australien pour l’Anzac Day à Villers-Bretonneux, près d’Amiens

Publié le 15/04/2014

Par ALEXANDRE BOUDARD

En cette année du centenaire de la Grande Guerre, le Département et l’État australien ont financé des aménagements au Mémorial.Tout sera finalisé pour l’Anzac Day.

 Quelque 2,5 millions d’euros ont été investis par l’Etat australien et le conseil général de la Somme.

Pour les Australiens, Villers-Bretonneux est l’égal de Verdun pour les Français. Le 25 avril 1918, à 5 h 30, des soldats océaniens, dont de nombreux Australiens épaulés par des Néo-zélandais, lançaient l’assaut contre les troupes allemandes afin de libérer Villers-Bretonneux. Après cette dure bataille, quelque 1 200 hommes n’ont plus jamais revu les célèbres kangourous de leur terre natale. En la mémoire des 11 000 Australiens morts sur le sol français, le Mémorial national australien de Villers-Bretonneux a été construit puis inauguré le 22 juillet 1938 par le roi Georges VI. Ce 25 avril, à l’occasion du 96e Anzac Day, les environs de l’édifice et le Mémorial ont bénéficié de nombreux aménagements afin d’améliorer les conditions d’accueil des 4 000 à 5 000 Australiens et autres visiteurs attendus dès l’aube.

Un chemin de mémoire jusqu’en Belgique

Les investissements sont à la hauteur de l’importance que représente le monument pour les Australiens. Pour cette cure de jouvence, le conseil général de la Somme et l’État australien ont mis la main à la poche afin de financer les aménagements. La Route départementale 23 a ainsi été modifiée sur quelque 650 mètres puisque son niveau a été abaissé par rapport à l’entrée principale du Mémorial. Une bande et une piste cyclable ont été créées entre Villers-Bretonneux et Fouilloy. Pour ces travaux réalisés entre septembre et novembre 2013, le Département a déboursé 1,250 million d’euros. Fin mars, la collectivité a réalisé un tapis d’enrobé au niveau de l’entrée principale du Mémorial. De son côté, l’État australien s’est chargé des aménagements des environs du Mémorial, en investissant 1,178 million d’euros. Un parvis enherbé devant les marches et un parking sécurisé accueillant les cars, ainsi qu’un aménagement paysager, ont été réalisés. «  Les factures du conseil général et de l’État australien vont être additionnées. Le montant total sera divisé par deux et un rééquilibrage sera opéré pour que chaque partie finance 50 % du coût du projet. Comme le Département a légèrement plus investi dans ces travaux, l’Australie lui réglera la différence  », précise la collectivité territoriale samarienne.

Pour Jennifer Stephenson, première secrétaire en charge des commémorations auprès du ministère des Anciens combattants, implantée à l’ambassade d’Australie à Paris, «  ces travaux sont une question de sécurité. Nous les avons réalisés avec le conseil général qui s’est chargé des changements concernant la route, qui a été abaissée et dont le tracé a été modifié. Une aire pour les cars a été créée tout comme une nouvelle entrée avec un parking sur le côté  », détaille la représentante australienne. «  Avec le centenaire de la Grande Guerre, on a pensé que c’était le moment de faire ces travaux, car le jour de l’Anzac Day, nous attendons plus de 4 000 visiteurs. Cette année, ils devraient être encore plus nombreux  », poursuit-elle. Outre ce volet sécuritaire, le caractère émotionnel de la cérémonie est évoqué par Jennifer Stephenson  : «  Ce partenariat est très particulier. Pour nous, voir les Français rendre hommage à nos soldats depuis presque cent ans, c’est très important. Cela met en valeur les liens entre les deux pays. »

Même son de cloche de Patrick Simon, maire de Villers-Bretonneux et participant depuis des années à l’Anzac Day. «  Sur l’année, plus de 15 000 Anglo-saxons passent à Villers-Bretonneux. Et on compte entre 4 000 et 5 000 personnes chaque 25 avril  », note-t-il. L’édile, qui n’a pas financé les aménagements routiers et de signalisation, tout comme ceux du Mémorial, dont l’entretien est à la charge du Commonwealth War Graves Commission, s’attend à ce que le centenaire attire des milliers de touristes supplémentaires. Car «  Villers-Bretonneux est le point de départ du chemin de mémoire des soldats australiens qui se finit à Ypres, en Belgique. »

Le musée franco australien sera rénové

Créé par l’Association franco australienne de Villers-Bretonneux, le musée franco australien a été inauguré le 25avril 1975. Il a été implanté au premier étage de l’école Victoria et retrace l’histoire du corps expéditionnaire pendant la Première Guerre mondiale. Le front de l’ouest en 1918 est évoqué, dont la libération de Villers-Bretonneux, le 25 avril 1918.

Rénové en 1992 par la Ville, le Département de la Somme et l’Australie, il bénéficiera de nouveaux aménagements d’ici quelques mois. «  Le musée sera rénové grâce à un investissement de deux millions d’euros financés à 50 % par les Australiens. La commune contribuera à hauteur de 20 %, le reste étant pris en charge par le conseil général et le Pays du Grand Amienois. Les travaux débuteront en janvier 2015 et s’achèveront en mars 2016, avant l’Anzac Day  », développe l’édile.

Celui-ci songe également à la construction d’un hôtel-restaurant afin d’accueillir les nouvelles vagues de visiteurs annoncées. «  Nous y travaillons au niveau intercommunal qui a la compétence économique. Il faudra trouver un opérateur privé qui construira les bâtiments  », conclut le maire de Villers-Bretonneux.

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE Gérald - dans CORBIE 2014
commenter cet article

commentaires