Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:19

Mardi 07 Février 2012

SOMME Coup de gueule au conseil général

Une centaine d'agents ont envahi hier le conseil général de la Somme pour y interpeller le président Manable. (Photo FRED HASLIN)

Une centaine d'agents ont envahi hier le conseil général de la Somme pour y interpeller le président Manable. (Photo FRED HASLIN)

C'est une première depuis l'éviction d'Alain Gest de la présidence du conseil général... Une centaine d'agents en grève ont envahi, hier, l'Hôtel des Feuillants où l'assemblée départementale se réunissait en commission permanente.

Régime indemnitaire, problèmes de moyens, mal-être général lié au management... Parmi les personnels présents, de nombreux agents du secteur social mais aussi des routes ou des ex-ATOS, personnels techniques des collèges.

«On nous demande tout et son contraire»

«Au fil des ans, nos conditions de travail ne cessent de se dégrader, rappelle Laura Thiéblemont, agent de l'aide sociale à l'enfance et militante CGT. Dans le social, nous voyons exploser les demandes mais les moyens ne suivent pas. Les personnels croulent sous les tâches administratives et c'est au détriment de l'intervention en direction du public. Pour distribuer un bon alimentaire, il faut des signatures à n'en plus finir...»

Plus loin un agent fustige l'interventionnisme des élus, en contradiction totale avec les règles de fonctionnement. Des règles qui changeraient presque toutes les semaines, laissant les agents déboussolés... «On nous demande tout et son contraire. Les agents ne savent plus où ils en sont».

À la sortie de l'entretien avec les responsables syndicaux, Christian Manable, le président socialiste du conseil général, a reconnu l'existence d'un vrai problème de management qui génère un «mal-être au travail, nuit globalement au bon fonctionnement des services mais aussi à la lisibilité de l'action du conseil général, en matière social notamment».

Il a promis de travailler sur cette question avec les syndicats, comme il a promis une réflexion sur les régimes indemnitaires. Mais en rappelant dans la même phrase que le Département a déjà fait beaucoup dans ce domaine et que le cadre budgétaire est aujourd'hui très contraint.

De quoi laisser sur leur faim les agents venus manifester. D'autant que les élus ont semblé découvrir hier l'étendue d'un malaise que les cadres syndicaux dénoncent de longue date. La remise à plat risque de prendre du temps.

PHILIPPE FLUCKIGER

source le courrier picard.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE - dans FEVRIER
commenter cet article

commentaires