Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 21:35

Mercredi 04 Avril 2012

RIBEMONT-SUR-ANCRE Un lycée sans conseiller principal

Malgré l'annonce de la suppression de son poste, Jérémy Legrand, le CPE (sur la gauche) garde le sourire. Il peut compter sur le soutien de ses élèves.

Malgré l'annonce de la suppression de son poste, Jérémy Legrand, le CPE (sur la gauche) garde le sourire. Il peut compter sur le soutien de ses élèves.

Le lycée agricole de la Haute-Somme va perdre son conseiller principal d'éducation (CPE) à la rentrée prochaine. Une réunion se tient aujourd'hui.

Il y avait quelques bruits à ce sujet mais rien n'était officiel». En décembre dernier, Jérémy Legrand, après sept années passées en tant que conseiller principal d'éducation du lycée agricole de la Haute-Somme, apprend que son poste va disparaître.

Dans une circulaire, le ministère de l'agriculture propose de remplacer le poste de CPE par un poste de directeur adjoint, nommé pour le site de Ribemont et de Péronne. «À ce jour, rien n'a été fait officiellement. Je n'ai pas reçu de courrier m'informant de la nouvelle et je n'ai pas été reçu par ma direction. C'est ahurissant», s'étonne le CPE concerné.

Dans cette petite commune, personne ne comprend cette décision. Les parents d'élèves se mobilisent pour que le poste soit maintenu.

Le maintien du lien

Plusieurs pétitions ont été signées par les élèves et les représentants de personnels. «C'est scandaleux! Ce serait le seul lycée en France à ne pas avoir de CPE. Si l'on enlève ce poste, les élèves n'auront plus d'interlocuteur. Il n'y aura plus de suivi de leur vie scolaire. C'est inenvisageable. Partout, les établissements ont des CPE, ce sont eux qui maintiennent le lien entre les familles, le directeur et les étudiants», déclare une mère d'élève.

Jérémy Legrand, agent contractuel d'état, non titularisé, reste dans l'incompréhension et l'incertitude sur son avenir. «J'ai beaucoup de mal à comprendre, à accepter car ce n'est pas justifié. D'ailleurs, je n'ai aucune information sur ce que je vais faire en septembre prochain», poursuit l'éducateur.

Depuis quelque temps, il se doutait que son poste allait être supprimé: trois autres, vacants, sont menacés de fermeture dans d'autres lycées agricoles de Picardie. «Chaque année, on enlève un poste dans ce lycée. Après le départ de l'une des secrétaires il y a peu, ça risque d'être mon tour».

Pour autant, cet homme de 36 ans ne baisse pas les bras. Il continue de se rendre chaque jour au lycée. «Je le fais pour les élèves et par respect pour mes collègues. Concrètement, j'espère qu'il y aura un renversement de situation. Je garde espoir.»

Les syndicats montent au créneau. Soutenus par le SNETAP-FSU, premier syndicat de l'enseignement agricole public en Picardie, les personnels de la Haute-Somme sont reçus aujourd'hui au cabinet du ministre de l'agriculture, à 13h30, à Paris.

«Notre objectif est le rétablissement du poste de CPE. Cette situation est inacceptable. Les 70 élèves du site de Ribemont ont besoin d'un CPE. La nomination d'un directeur adjoint en remplacement ne changera pas les choses. On espère que la situation se débloque. Tout se joue aujourd'hui», affirme Sylvain Guénard, secrétaire régional du SNETAP-FSU de Picardie.

CHARLOTTE FOLLANA  source le courrier .fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE - dans AVRIL 2012
commenter cet article

commentaires