Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 21:49

Lundi 05 Septembre 2011

RENTRÉE SCOLAIRE (JOUR J) Plus d'élèves, moins de profs

Si les effectifs d'élèves vont augmenter dans les collèges, ils diminueront dans le primaire.

Les enseignants entameront leur rentrée aujourd'hui par une leçon de soustraction sur leurs moyens. Une grève est prévue le 27 septembre, avec l'élection présidentielle en ligne de mire.

C'est bien connu, les records sont faits pour être battus. Les syndicats enseignants de Picardie s'apprêtent à le vérifier en ce jour de grande rentrée pour 37 9000élèves du primaire et du secondaire, ainsi que 25 000 enseignants.

Alors que 16 000 postes sont supprimés en France, dans l'académie, «après quatre années de suppressions d'emplois, nous allons encore perdre 350 postes. Un niveau jamais atteint!», se désole Philippe Decagny, secrétaire de l'UNSA Somme. «Ce n'est donc pas de gaîté de cœur que l'on va reprendre le chemin de l'école. Cette dernière année du quinquennat s'annonce particulièrement éprouvante pour les personnels. Elle le sera aussi pour les élèves qui vivent, année après année, une dégradation de leurs conditions de scolarisation. »

«Des problèmes de remplacement inévitables»

Dans notre édition d'hier, le recteur d'académie Jean-Louis Mucchielli avançait des chiffres différents: entre 50 et 55 classes supprimées (en solde net) et une baisse des moyens de 3,6% en lycée général. Ce qui, relativise-t-il, n'augmentera le nombre d'élèves par classe que de +0,7% en moyenne, tout en laissant la Picardie en position favorable par rapport au reste du pays sur cet indicateur. Et surtout, plaide-t-il, plus que les moyens, c'est « l'individualisation des parcours» des élèves qui est à retenir, d'autant qu'ils commencent à porter leurs fruits (voir ci-dessous).

Au SNES-FSU, on est d'accord au moins sur un point avec le recteur: avec dix postes en moins, «les collèges semblent moins touchés.» Sauf que «l'on comptera 1760 collégiens de plus!» Et en lycées, «plus de 200 postes seront supprimés, alors que les effectifs élèves restent stables. Des options, enseignements d'exploration, classes à effectifs réduits, vont être supprimés en masse.»

Le SGEN-CFDT pour sa part pointe dans le second degré,«une insuffisance de titulaires dans quasi toutes les matières, en maths, sciences, lettres classiques, allemand, éco-gestion, etc.Ceci entraînera un recours important aux non-titulaires (ils étaient un millier en 2010-2011) nommés en dernière minute. Des problèmes importants de remplacement sont inévitables, et ce dès la rentrée.»

Bilan de cette exaspération, les syndicats programment une grève nationale le 27 septembre, dont l'ampleur reste incertaine, huit mois seulement avant l'élection présidentielle. «Elle s'adressera davantage à l'opinion publique qu'au gouvernement. Car ne pas la faire reviendrait à lui dire que la rentrée s'est passée dans de bonnes conditions», explicite Philippe Decagny.

«14 000 suppressions déjà annoncées en 2012»

Derrière, le responsable syndical ne cache pas son inquiétude pour la rentrée 2012. «On nous annonce à nouveau 14000 suppressions de postes.» Et ce n'est pas la promesse «électoraliste» de Nicolas Sarkozy de ne supprimer aucune classe en primaire, qui le rassure. «C'est le secondaire qui trinquera.Parce qu'une classe d'école qui se ferme, ça se voit, contrairement à une baisse de moyens diluée en collège.»

En attendant le scrutin de mai, «nous ne serons pas là pour donner une consigne de vote, se contient à peine Philippe Decagny. Mais on ne s'empêchera pas de tirer un bilan du "sarkozysme".»

 

GAËL RIVALLAIN source picardie.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

U
<br /> <br /> Mardi 27 septembre<br /> Cette rentrée scolaire est encore une fois placée sous le signe des<br /> suppressions de postes et des fermetures de classes.<br /> Les enseignants et professeurs seront donc en grève et manifesteront pour lutter contre cette logique uniquement<br /> comptable et rentable, qui rend de plus en plus difficile de donner un enseignement de qualité.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre