Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 23:46

 

Mardi 11 Décembre 2012

AMIENOIS Le Grand Amiénois dans la tourmente

Hier, Alain Babaut a refusé de rencontrer Gilles Demailly, qui l'avait invité.

Hier, Alain Babaut a refusé de rencontrer Gilles Demailly, qui l'avait invité.

 

Bon nombre d'élus du Grand Amiénois sont vent debout contre Amiens après le rejet du projet de Villers-Bretonneux. Le SCOT ne sera vraisemblablement pas voté le 21 décembre.

«J'apporte mon soutien le plus ferme au projet de zone commerciale à Villers-Bretonneux, gronde le maire de Doullens, Christian Vlaeminck. Et vu le contexte actuel de manœuvres et d'interrogations de toutes sortes, il me paraît difficile de prendre position sur le SCOT lors de la réunion du 21 décembre. À l'avenir, je demande qu'un vote de principe soit réalisé lors de chaque conférence des présidents (N.D.L.R.: des douze communautés de communes qui composent le Pays du Grand Amiénois) ou lors des commissions, pour qu'une position ferme soit prise ensemble pour les dossiers importants concernant les projets structurant du Pays.»

Dans ce message, l'élu résume un sentiment partagé par ses collègues du Pays du Grand Amiénois.

Mais surtout, Christian Vlaeminck apporte des précisions sur la manière dont ce dossier a été conduit. «Lors de la dernière réunion du 30 novembre, en conférence des présidents, nous avons décidé à l'unanimité de trouver un accord ou un compromis sur le dossier de Villers-Bretonneux avant la réunion de la CDAC et surtout, le vote du SCOT le 21 décembre. »

Alain Babaut: «Petits arrangements entre amis»

Quant aux «manœuvres» qu'il évoque, il s'agit tout simplement de l'absence de la représentante du conseil général, Catherine Quignon, à cette fameuse CDAC. Cette dernière allègue... la neige sur les routes ce jour-là.

Mais elle n'a pas pris la peine non plus d'alerter son suppléant, René Lognon. Plus gênant, tous les élus locaux concernés sont persuadés que Mme Quignon a cédé en catimini à une pression des élus amiénois.

Alors que la position constante des conseillers généraux (y compris de Catherine Quignon) a toujours été de soutenir le projet de Villers-Bretonneux.

Dans un mail adressé à ses collègues, Alain Babaut, maire de Corbie, président de la communauté de communes du Val de Somme, parle lui carrément de «petits arrangements entre amis»et conclut: «Une nouvelle fois, le président du Pays (N.D.L.R.: Gilles Demailly) et ses amis ont tous pouvoirs et contrôlent toute les décisions dans le cadre d'un aménagement très concentré du territoire.»

Plus surprenant, il évoque une réunion le 21 mai 2012 avec le promoteur et Gilles Demailly, à l'hôtel de ville d'Amiens, où «aucune remarque particulière n'ayant été faite », il a cru avoir l'accord d'Amiens et a déposé le projet en préfecture.

Jean-Claude Leclabart: «Il était impensable d'aller au clash»

Parmi les - très nombreux - élus à réagir, citons encore Jean-Claude Leclabard, président de la communauté de communes du Val de Noye: «Le 30 novembre, il avait été acté une réunion de conciliation sous l'autorité du président Demailly [...]Il était impensable d'aller au clash en CDAC avant le vote sur l'approbation du SCOT [...]Nos désaccords doivent être réglés en amont», nous résume-t-il.

Hier, Gilles Demailly ne souhaitait pas réagir. Il a invité Alain Babaut à le rencontrer. Ce dernier a décliné. Une réunion est prévue le 19 décembre entre les présidents concernés. Dont plusieurs demandent déjà officiellement le report du vote sur le SCOT.

BENOÎT DELESPIERRE

source le courrier picard.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE - dans DECEMBRE 2012
commenter cet article

commentaires