Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 00:02

Jeudi 29 Décembre 2011

PICARDIE Le contrôle technique se corse

Parmi les nouveautés, un contrôle accru de la direction assistée et des systèmes d’assistance au freinage. (Photo FRED DOUCHET)

Parmi les nouveautés, un contrôle accru de la direction assistée et des systèmes d’assistance au freinage. (Photo FRED DOUCHET)

Le contrôle technique automobile évolue dès samedi, avec de nouveaux défauts soumis à la contre-visite obligatoire. D’où des réparations parfois onéreuses.

Les garagistes peuvent se frotter les mains. À la suite d’une nouvelle réglementation européenne applicable dès le 31 décembre, le contrôle technique automobile évolue. Des défauts qui n’étaient pas, jusqu’à maintenant, soumis à une contre-visite obligatoire, le deviennent. Et qui dit contre-visite dit évidemment réparation. La facture, dans certains cas, s’annonce salée.

La direction assistée des voitures passe désormais sous haute surveillance. Une anomalie de fonctionnement ou une simple fuite et c’est la contre-visite assurée. « C’est sûrement ça qui coûtera le plus cher », prévient Didier Lemaire, patron, depuis 1985, de centres de contrôle technique à Amiens. Au garage Abilio, dans la même ville, on confirme : « On vient justement de changer une pompe de direction assistée sur un Opel Vivaro. La pièce coûte 467 euros. Il a fallu quatre heures de main d’œuvre à 50 euros. » Total : 667 euros TTC. Simple exemple. Sur certains modèles, c’est beaucoup plus cher.

Autre nouveauté : les voitures dotées d’un freinage assisté, de type ABS, vont être scrutées de près. Si l’ABS ne fonctionne plus, passage obligatoire au garage avant d’obtenir la précieuse vignette du contrôle technique. Ceux qui ont une voiture sans ABS ne s’en tireront pas à bon compte. Attention au voyant qui indique une insuffisance de liquide de freins : jusqu’à samedi, s’il s’allumait, la voiture était recalée. Désormais, s’il ne s’allume pas quand on met le contact, le véhicule doit également repasser la visite.

Les propriétaires de Citroën à suspension hydraulique ont du souci à se faire. Le circuit de suspension devra être parfaitement étanche. Là aussi, une petite fuite vaudra contre-visite. « Des Citroën C5 pas si vieilles que ça sont déjà concernées », note Didier Lemaire. « Une sphère de suspension coûte 80 euros pièce », détaille-t-on au garage Abilio. « Si la fuite concerne les canalisations, la facture peut monter jusqu’à 250 euros ». Une suspension non hydraulique sera logée à la même enseigne en cas « d’anomalie importante de fonctionnement ».
D’autres défauts assez courants seront sanctionnés par une contre-visite : jeu excessif des roulements de roues, résistance anormale à la rotation et mauvaise fixation d’une roue, défaut du dispositif antivol qui bloque le volant en l’absence de la clef de contact.

Ces nouvelles mesures entrent en vigueur samedi, sans transition. En clair, une voiture qui a subi une visite initiale il y a moins de deux mois et qui passe une contre-visite début janvier pourra être à nouveau recalée pour un autre défaut. « En cas d’anomalie d’ABS par exemple, on est obligé de recontrôler tous les organes de freinage, annonce Didier Lemaire. Si on constate un défaut non soumis à contre-visite il y a deux mois et qui l’est maintenant, on ne pourra pas délivrer la vignette du contrôle ».

DENIS DESBLEDS  source http://www.courrier-picard.fr/

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires