Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 16:17

L'artiste d'Arménie sur les traces de son grand-père

Publié le 30/12/2013

Par Courrier picard


| CORBIE |

Le céramiste David Ohannessian a fait quelques décors de l'hôtel Macassar. Sa petite-fille est venue les contempler.

Sato Moughalian, flûtiste arménienne qui tourne dans le monde entier, a fait une halte au Macassar pour admirer l'oeuvre de son grand-père.
Marie-Christine et Michel Damagnez, de l'association Les Amis du Vieux Corbie ont reçu l'artiste Sato Moughalian venue découvrir au Macassar, une oeuvre remarquable de son grand-père, le grand céramiste David Ohannessian.

Cette flûtiste réputée, d'origine arménienne, et créatrice du groupe musical newyorkais « Perspective ensemble », se produit dans de nombreux pays et régulièrement en France. Parallèlement à son métier, elle effectue des recherches sur les travaux de son grand-père : David Ohannessian, un céramiste qui s'installa pour une grande partie de sa vie à Jérusalem.

Il a développé et a fait connaître l'art arménien de la céramique en réalisant de multiples chefs-d'oeuvre dont les décorations du musée Rockfeller, de la fontaine de l'hôpital Saint-Jean, du mémorial de l'église écossaise.

Il reçut le grand prix d'honneur lors de l'Exposition coloniale de Paris en 1931.

Les tuiles de David Ohannessian issues de son atelier « Dome of the rock tiles » à Jérusalem ont changé le visage de la ville sainte mais se sont exportées dans le monde entier et même jusque Corbie.

Ainsi après avoir reçu l'aide de Marie-Christine et Michel Damagnez, Sato est venue à Corbie et a pu admirer le travail artistique réalisé par son grand-père dans le salon dit marocain du Macassar, maison située place de la République et appartenant à Ian et Miguel, les propriétaires actuels de cet hôtel très apprécié.

Ces fresques avaient été commandées par Monsieur et Madame Blottière après la Première guerre mondiale. On y retrouve les thèmes chers à David Ohannessian, à savoir les arbres et les fleurs, principalement des cyprès aux couleurs dominantes de bleu profond, de vert et de rouge à l'image de la mosquée Rustem Pasha d'Istambul.

Les murs de la pièce sont en effet entièrement recouverts de tuiles céramiques et représentent à ce jour le seul grand ensemble de seize panneaux réalisés par l'auteur.

L'émotion de Sato devant l'une des oeuvres de son grand-père mort en 1948, fut palpable. « Je me sens chez moi », a-t-elle confié.

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE Gérald - dans JANVIER 2014
commenter cet article

commentaires