Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 22:08

JUSTICE Une victoire pour Gremetz

(Photo d'archives)

(Photo d'archives)

Le député de la Somme, Maxime Gremetz, poursuivi pour violences envers l'élu creillois Gilles Seguin, a été relaxé hier au bénéfice du doute.

« Je n'ai exercé aucune violence», s'est défendu Maxime Gremetz devant le tribunal de Paris hier. Le député de la Somme répondait de violences envers Gilles Seguin, lui aussi ancien conseiller régional, le 28 avril2008. Il avait porté plainte contre Maxime Gremetz, également membre du conseil régional à cette époque, en l'accusant de l'avoir «violemment jeté à terre

Gilles Seguin, qui souffre d'insuffisance respiratoire, avait perdu l'équilibre et était tombé à terre sur le dos. Sur une vidéo prise par le collaborateur d'un élu, on peut voir Maxime Gremetz donner un léger coup de coude en direction de Gilles Seguin, qui s'était écroulé ensuite.

Vidéo amateur tournée le jour des faits dans l'hémicycle régional

«Je n'ai pas vu partir le coup et je me suis retrouvé par terre », a déclaré M. Seguin, selon lequel «Maxime Gremetz est toujours dans la gesticulation et la provocation». Et s'il ne peut dire que M. Gremetz ait eu «l'intention de (le) faire tomber», il n'y a en revanche pour lui aucun doute : sa chute est «absolument» due au coup reçu.

«Je parle avec les mains»

«Il y a une cause à la chute de M. Seguin, cette cause c'est M. Gremetz», a fait valoir l'avocat du plaignant, Me Bertrand Savreux. P our lui, «il y a des limites à ne pas franchir, en particulier quand on a des responsabilités politiques».

«Je parle avec les mains, sans doute l'ai-je touché avec les mains, mais un coup de coude, non. C'est impossible. Je ne l'ai pas volontairement agressé », a déclaré M. Gremetz.

«Maxime Gremetz n'a jamais été poursuivi dans le cadre de violences volontaires, ne l'installons pas dans le rôle d'agresseur», a plaidé son avocat, Me Patrick Maisonneuve, en insistant sur «le doute» quant à la réalité des coups. Au cours de l'audience, M. Seguin a admis ne jamais avoir eu de souci avec M. Gremetz. « Il est...», a-t-il commencé en cherchant ses mots « ... tonique», a terminé M. Gremetz.

Le Parquet avait requis une peine de 1 à 2 mois d'emprisonnement avec sursis et une amende de principe. Le député de la Somme a finalement été relaxé.

En mai2010, le président PS du conseil régional de Picardie, Claude Gewerc, avait été condamné pour diffamation pour avoir brocardé, dans la presse, le comportement de Maxime Gremetz lors de l'incident.

Visiblement soulagé, M. Gremetz s'est dit «très satisfait». Interrogé pour savoir s'il s'engageait à l'avenir à être «moins tonique », il a affirmé: «Non, on ne me changera pas et je ne veux pas changer, je parle avec mes tripes».

M. Gremetz, 70 ans, coutumier des coups de sang, a récemment été exclu du groupe communiste et exclu temporairement de l'Assemblée nationale après un esclandre dans l'enceinte du Palais-Bourbon.

Mais le bouillant député a saisi la justice contre cette sanction exceptionnelle au Parlement. L'audience est prévue le 6juillet.

Source le courrier picard.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires