Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 22:20

Publié le 11/05/2013

Par Courrier picard

 

| JUMELAGE |

La ville fête ce samedi le 50 e anniversaire de son jumelage, l'un des plus anciens entre une ville française et une ville allemande. René Ossart se souvient.

La mairie, avec ses nouveaux abords, a été pavoisée aux couleurs du jumelage. La mairie, avec ses nouveaux abords, a été pavoisée aux couleurs du jumelage.
 
Corbie fête jusque dimanche, les cinquante ans de son jumelage avec Höxter, située dans le land de Rhénanie-du-Nord - Westphalie avec un temps fort le 11 mai avec l'inauguration de la réhabilitation de la mairie et du parc et l'inauguration du nouveau kiosque.

Si ce jumelage a été signé officiellement le 9 juin 1963 lors d'une réunion du conseil municipal d'Höxter à laquelle assistait Gustave Poingt, maire de Corbie, de nombreux contacts ont eu lieu au préalable avec des habitants de cette ville allemande.

Des relations qui ne datent pas d'hier puisque ce jumelage est l'un des rares à avoir des racines historiques puisque l'abbaye de Corvey (qui signifie Corbeia Nova, nouvelle Corbie) proche d'Höxter a été fondée par des moines de l'abbaye de Corbie, dont Adalhard vers 820.

En juillet 1958, les relations reprennent. Jean Truquin maire de Corbie et le conseil municipal reçoivent Fritz Bürmann, directeur du lycée de Höxter-Corvey, en voyage en France avec une classe de terminale.

René Ossart n'était pas encore conseiller municipal mais se souvient de cette rencontre : « Quand Fritz Bürmann a demandé à être reçu par la municipalité avec ses élèves, j'ai alors tout de suite pensé que quelque chose d'exceptionnel se mettait en marche - les horreurs de la guerre était encore dans les esprits -, le sentiment qu'une page d'Histoire était en train de se tourner définitivement pour s'ouvrir sur un avenir de paix. Et je me souviens encore de la parabole prononcée par Fritz Bürmann comparant nos deux villes situées aux extrémités d'un axe culturel à deux phares illuminant les peuples. »

En 1960, une délégation officielle de Corbie se rend à Höxter. « Des réceptions grandioses étaient organisées en notre honneur, raconte René Ossart, qui faisait partie de ce groupe. Roger Caron, Paul Doubliez, Gustave Poingt, Louis Petit et moi, avons commencé à parler jumelage. Pour moi l'attitude d'anciens combattants comme Gustave Poingt, Gaëtan Damoye, de résistants comme Jean Truquin, était significative de la nécessité de convaincre et de changer les mentalités. Aujourd'hui, cinquante après, les Höxtérois sont à mes yeux comme des concitoyens et amis. Pour quelques -uns ils sont même comme des frères avec qui je corresponds régulièrement ! »

Voilà pourquoi, pour René Ossart comme beaucoup d'autres, cet anniversaire doit être célébré avec beaucoup de respect mais aussi de plaisir.

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE Gérald - dans MAI 2013
commenter cet article

commentaires