Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:57

Ces proches de la droite qui soutiennent François Hollande

Corinne Lepage le 28 janvier 2012 à Montreuil
Corinne Lepage le 28 janvier 2012 à Montreuil (AFP)
 
Récit - Anciens membres de gouvernements de droite, comme Martin Hirsch et Corinne Lepage, ou très proches de Jacques Chirac, comme sa fille Claude ou sa plume, Jean-Luc Barré, ils sont passés du côté du candidat PS.
Par LAURE EQUY  source http://www.liberation.fr/
Ils sont les anti-Claude Allègre, l’ex-ministre de Jospin aperçu dans les rangs sarkozystes dès 2007 et qui a annoncé son soutien au Président sortant pour 2012. Très proches chiraquiens ou anciens ministres de gouvernements de droite, ils s’apprêtent à voter pour François Hollande à la présidentielle.

A VOIR L'interview vidéo de l'ex-secrétaire d'Etat à la ville de Nicolas Sarkozy Fadela Amara, qui annonce son soutien à François Hollande.

Le clan Chirac bascule pour le patron corrézien

En juin 2011, ce n’était qu’une boutade passée en boucle sur le web - une «plaisanterie» avait déminé, le lendemain, un communiqué -: Jacques Chirac , en inaugurant le musée qui portait son nom avec le président (PS) du conseil général de Corrèze, glissait, à trois reprises, qu’il voterait Hollande. Depuis, le clan Chirac semble s’être rallié quasi-comme un seul homme au socialiste. A l’exception de Bernadette Chirac, invitée vedette de plusieurs meetings de Sarkozy (Villepinte, Caen), qui flingue, pour se raviser ensuite, le «manque de gabarit» de Hollande.

Jacques Chirac "n'a pas la maladie d'Alzheimer", comme "les médecins le (lui) ont dit" et "il ira à son procès" sur les emplois présumés fictifs à la mairie de Paris, a déclaré l'épouse de l'ancien président de la République, Bernadette Chirac, lundi matin sur Europe 1.La fille et le gendre de l’ex-président de la République, Claude Chirac (photo) et Frédéric Salat-Baroux, ancien secrétaire général de l’Elysée, ont, eux, choisi Hollande, selon le Parisien. Thierry Rey, l’ex-judoka et ancien compagnon de Claude Chirac, avait déjà franchi le pas, en se rendant au meeting du Bourget fin janvier. Se revendiquant de «culture» et de «sensibilité de gauche», il disait avoir été «séduit par le discours [chiraquien] de la fracture sociale» en 1995, avant de revenir «dans [son] courant naturel».

Joint par le Parisien, l’écrivain Jean-Luc Barré, plume de Chirac, affirme qu’il votera «dès le premier tour» pour le candidat PS, «bien qu’ [il ne soit pas] socialiste». Précisant avoir confié son choix à l’ancien chef d’Etat, qu’il a aidé à écrire ses mémoires, il ajoute: «Je n’ai pas senti qu’il me désapprouvait. Cela dit, ce choix m’engage seul.» Le Parisien cite aussi Laurent Glépin, ex-chargé de com de Chirac, qui a assisté au meeting de Hollande dimanche. Etait aussi à Vincennes, Hugues Renson, ancien conseiller aux affaires sociales de Chirac, d’après Le Monde.

Hirsch, Aillagon et Lepage voteront Hollande

Martin Hirsch, le 2 octobre 2009.En voilà un qui ne serait pas «rancunier» avec «les socialistes [qui] n’ont rien soutenu des réformes qu’il a faites» depuis 2007, grince, ce matin, François Fillon. Il vise celui qui fut commissaire aux solidarités actives dans son gouvernement de 2007 à 2010, Martin Hirsch, ancienne prise de l’ouverture voulue par Sarkozy. «J’ai l’intention de voter pour François Hollande, qui a bien voulu me demander régulièrement mon avis depuis un an sur les questions de jeunesse, de pauvreté, de lutte contre les conflits d’intérêts, de régulation des hauts revenus et sur une croissance accélérée du service civique, autant de sujets-clés à mes yeux», explique l’actuel président de l’Agence du service civique, dans une interview au Monde daté de mardi. Hirsch s’empresse d’assurer qu’il n’en espère «strictement aucune récompense. Ni aucune sanction, j’espère».

Corinne Lepage, qui n’a pas pu concourir à la présidentielle faute d’avoir réuni les 500 parrainages, appelle ce mardi à voter dès le premier tour pour Hollande. «Je suis tout à fait cohérente avec ce que j’ai toujours dit, à savoir que je ne veux pas la réélection de Nicolas Sarkozy. Il est important qu’il y ait un pôle réaliste, au-delà de la gauche, qui vienne soutenir François Hollande», répond à l’AFP la présidente de Cap21 et ancienne ministre de l’Environnement dans le gouvernement Juppé.

Enfin Jean-Jacques Aillagon, qui fut ministre de la Culture de 2002 à 2004, et se trouvait parmi les spectateurs du meeting de Vincennes, dimanche. Il avait indiqué, dans une tribune publiée par Libération le 8 mars, son vote, dès le premier tour, pour Hollande, lui trouvant «les qualités humaines et politiques requises pour être un bon président de la République».

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE - dans ELECTIONS 2012
commenter cet article

commentaires