Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 21:07

Vendredi 24 Février 2012

AMIENS Les négociations passent à l'essoreuse chez Whirlpool

Les représentants syndicaux de Whirlpool sont préoccupés par l'avenir du site amiénois qui emploie encore 344 salariés.

Les représentants syndicaux de Whirlpool sont préoccupés par l'avenir du site amiénois qui emploie encore 344 salariés.

Les syndicats chez Whirlpool ont obtenu le strict minimum au cours des négociations annuelles obligatoires (NAO). Pas de quoi remonter le moral des 344 salariés.

Il y a dix ans, le site de Whirlpool à Montières comptait encore plus de 1 000 salariés.

Depuis, trois plans sociaux sont passés par là et aujourd'hui, le spécialiste du sèche-linge emploie 344 salariés dans l'établissement amiénois. Un site sur lequel les perspectives d'avenir préoccupent toujours les salariés.

Des salariés qui viennent tout juste de déchanter suite aux négociations annuelles obligatoires (NA0). Les représentants syndicaux réclamaient 2,5% de revalorisation de salaire, pour être à niveau avec l'inflation. Ils sont loin du compte. «La direction nous propose juste une augmentation de 1,5% et le versement d'une prime de 88 euros en juin prochain. C'est ridicule, sachant qu'on avait bénéficié d'une hausse de 1,8% en 2010 et 1,7% en 2011. Bref, tous les ans ça diminue comme peau de chagrin », déplore Frédéric Chantrelle de la CFDT.

Une augmentation jugée «ridicule » aussi par le représentant de la CFTC, Yannick Dufrenoy. «La direction nous a clairement fait comprendre qu'elle ne disposait que d'une enveloppe de 30 000 euros pour les NAO. C'est minime quand on sait qu'en 2011, les actionnaires du groupe se sont répartis 670 millions de dollars ».

Pour se justifier, la direction évoque la crise auprès des syndicats. «Depuis trois ans, notre pouvoir d'achat diminue. La direction a comme seule excuse la crise. Mais en fait, c'est nous les salariés qui sommes en crise », enchaîne François Gorlia de la CGT.

En attendant, les organisations syndicales n'ont plus beaucoup de recours. Hier matin, elles ont encore réclamé à leur direction une réouverture des négociations. «Elle s'y oppose catégoriquement ».

La direction de Whirlpool nous a fait part, hier après-midi, qu'elle ne souhaitait pas communiquer sur le sujet.

Derrière cette problématique des NAO, il y a surtout l'avenir du site qui pose question. « Le responsable du groupe nous a dit qu'il n'y avait aucun souci à se faire. Du moins, à court terme », confie Yannick Dufrenoy.

Reste qu'actuellement le groupe Whirlpool est en pleine restructuration au niveau mondial. «Le groupe prévoit de supprimer 5 000 emplois, et il lui faut encore en condamner 2 500 ». Le site amiénois espère ne pas se retrouver dans la balance.

Autre inquiétude du personnel : la diminution des volumes de production qui à terme menace la pérennité du site. «On nous avait promis qu'on fabriquerait 550 000 produits par an. En 2011, nous n'en avons fabriqué que 422 000 et en 2012, les prévisions portent sur 432 000 sèche-linge ».

Les syndicats pointant du doigt le sèche-linge Zéphyr classe A traditionnelle qui n'a finalement pas été retenu sur le site d'Amiens.

Les représentants du personnel se montrent vigilants quant à la suite des événements, sachant qu'ils réclament depuis de longs mois, à leur direction, le plan de redressement économique de l'entreprise.

CHRISTOPHE BERGER  source le courrier picard.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE - dans FEVRIER
commenter cet article

commentaires