Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 10:23

Mercredi 13 Février 2013

AMIENS Goodyear: des hommes en colère

Plusieurs milliers de personnes, dont 750 Goodyear, se sont rassemblés devant le siège du groupe Goodyear France hier. (Photos FRED DOUCHET)

Plusieurs milliers de personnes, dont 750 Goodyear, se sont rassemblés devant le siège du groupe Goodyear France hier. (Photos FRED DOUCHET)

Deux à trois milles personnes ont manifesté hier devant le siège de Goodyear France contre le projet de fermeture de l'usine d'Amiens-Nord. Ils reviendront le 7 mars.

REPORTAGE

D'un côté des dizaines de policiers barrant les accès de l'immeuble abritant le siège de Goodyear Dunlop Tires France à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), de l'autre 2000 à 3000 salariés venus de toute la France pour dire non au projet de fermeture de l'usine de pneus d'Amiens-Nord.

La bruine mélangée au froid n'a pas empêché la CGT d'orchestrer cette démonstration de force. Au moment même où la direction présentait, en détail, lors d'un Comité central d'entreprise (CCE), le projet de fermeture dans un livre (motivations économiques, mesures d'accompagnement, etc.).

Parmi les manifestants, une écrasante majorité d'ouvriers de Goodyear, rejoints par des salariés d'autres entreprises menacées par un plan social. «Le monde ouvriers'est mobilisé!», entendait-on clamer en traversant la foule.

Quelques débordements

Des ouvriers solidaires, à l'image d'une vingtaine de salariés de l'usine de pneus... Dunlop à Amiens-sud. «Le combat des Goodyear est également le nôtre, martelait Honoré Vinot membre du syndicat minoritaire Sud-Chimie. Oui, nous avons accepté les 4x8 pour sauver notre usine mais en 2014 nous n'aurons plus la garantie de l'emploi. On se pose forcément des questions...»

L'usine Dunlop produit 9000 à 10000pneus par jour contre 18000 en 2012. «La direction met en avant la crise du secteur automobile mais sur un autre site en Allemagne, la production n'a chuté que de2000 unités. Pourquoi se borne-t-on à produire des pneus de petite dimension?» s'énerve un autre «Dunlop ».

De l'énervement et de la colère, il y en a eu face à l'imposant cordon policier. Certains ont bien tenté d'en découdre avec les CRS mais ces derniers sont restés stoïques, comme insensibles aux jets de projectiles divers.

Manifestement, la consigne était d'éviter tout débordement. D'un côté comme de l'autre. «Montrons à la France entière qu'il n'y a pas un bandit, pas un voyou chez nous!» haranguait Mickaël Wamen.

Le leader cégétiste a participé au CCE et pour lui, rien de bien nouveau: «Avant chaque élection syndicale, la direction nous fait le même coup. Celle du plan social pour déstabiliser la CGT. Voilà des années que cela dure.»

Pour le syndicat majoritaire du site d'Amiens-Nord, le projet de fermeture voulu par le groupe est stratégique. «Goodyear se porte bien financièrement, ce n'est pas moi qui le dis mais le patron du groupe monde à Akron (États-Unis) dans un document», a poursuivi Mickaël Wamen, pour qui l'annonce par Arnaud Montebourg du retrait du potentiel repreneur Titan est une vraie fausse nouvelle.

«Tout ça est une farce comme nous le pressentions depuis longtemps. » Le prochain CCE est programmé le 7 mars au même endroit. La CGT compte renouveler cette journée d'action.

BAKHTI ZOUAD source le courrier picard.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ANTOINE Gérald - dans FEVRIER 2013
commenter cet article

commentaires